La professionnalisation en actes et en questions

Publié: 24 avril 2008 dans Lectures

 

 

image036

Plusieurs personnes ont participé à cet ouvrage (1) dont Mokhtar Kaddouri qui est maître de conférences au CNAM (Formation des adultes, CRF, Paris).

Je cite la conclusion de sa contribution à l’ouvrage intitulée “Professionnalisation et dynamiques identitaires” (page 145) :

“Nous venons de le voir, les attitudes à l’égard de l’offre institutionnelle de professionnalisation sont déterminées par la place qu’accordent les individus à la professionnalisation dans le cadre de leurs stratégies identitaires et au rapport entre projet institutionnel et projet personnel de professionnalisation.

La complémentarité de ces deux projets conduit à un investissement dans les démarches institutionnelles de professionnalisation alors que leur inadéquation risque de produire de la résistance, du refus ou de la résignation.

Les démarches de professionnalisation, quelques soient leur nature et les formes qu’elles prennent (formation instituée, université d’été, séminaires, échange de pratiques, etc.), tant qu’elles n’auront pas pris en compte les dynamiques et les stratégies identitaires dans lesquelles sont inscrites les personnes auxquelles elles s’adressent, risquent de produire de la résistance, du refus franc et farouche ou de la résignation. Cela ne veut pas dire qu’il faille concevoir les dispositifs en fonction des seules dynamiques individuelles en question. Mais cela signifie que rien ne pourra remplacer une négociation qui fait émerger le sens, ce dernier étant le garant incontournable de l’engagement dans les démarches de professionnalisation.” – Page 156 –

Lors d’une formation récente de formateurs à la foad, nous avions du mal, avec mes collègues tuteurs, à “mener” nos groupes d’apprenants. (formateurs présentiels à qui l’on demandait d’intégrer du distant dans leur pratique)

L’ouvrage cité, coordonné par Maryvonne Sorel et Richard Wittorski, apporte des explications aux difficultés rencontrées. Le passage du présentiel au distanciel touche de près à la professionnalisation des personnes. On ne peut pas faire l’économie de la négociation évoquée par Mokhtar Kaddouri.

 

L’organisme de formation, qui “pousse à la roue”, doit lui aussi professionnaliser son action. Il ne peut se contenter de professionnaliser uniquement les acteurs que sont les formateurs. Ceux-ci ne sont qu’un maillon de la chaîne du changement à opérer.

(1)    “La professionnalisation en actes et en questions”, coordonné par Maryvonne Sorel et Richard Wittorski, L’Harmattan, 2005

 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s