Image en CC0 sur https://pxhere.com/fr/photo/33211

Le formateur digital

Au quotidien, l’ordinateur est mon outil de prédilection.

Travaillant maintenant quasiment entièrement à distance, j’ai besoin d’un panel d’outils.

J’ai préféré évoquer ce sujet au-travers d’une vidéo plutôt que de taper un long document peu interactif.

Lien vers la vidéo : https://youtu.be/2E5m3QCvBUY

Bien à Vous,

Jacques Cartier

espace-formation.eu – jacques-cartier.fr

Le pédagogue Pestalozzi : par Conrad Ermisch — Numérisation personnelle, Domaine public, https://commons.wikimedia.org/w/index.php?curid=27442

Crise de recrutement d’enseignant(e)s

A cette rentrée, une crise profonde touchant au recrutement des enseignant(e)s s’est révélée au grand jour.

Il a été mis en avant le fait que ce métier dans notre pays est vraiment sous rémunéré, ce qui n’est pas un scoop pour quelqu’un qui, comme c’est mon cas, a travaillé plus de quarante dans le système éducatif.

Le démarrage de carrière vient d’être fixé à 2000 euros, c’est une bonne avancée. Mais est-il suffisant d’évoquer la rétribution comme seule raison de ce désamour du métier, je ne le crois pas. Je pense que le problème est plus profond et touche à l’institution elle-même et à son fonctionnement.

L’organisation de l’Éducation reste très hiérarchique. L’enseignant(e) est un maillon considéré comme secondaire par son autorité de tutelle. L’inspection reste une façon d’évaluer les personnels qui date et cherche depuis longtemps à se réformer sans y parvenir. Elle maintient ainsi le personnel sous sa coupe. Or la personne qui enseigne est un cadre A de la fonction publique :

« Les fonctionnaires chargés de fonctions de conception, de direction et d’encadrement relèvent de la catégorie A. Sont également classés en catégorie A tous les corps d’enseignants. »

Source : https://www.fonction-publique.gouv.fr/files/files/publications/coll_ressources_humaines/fp_categorie_a.pdf

Le statut de ce fonctionnaire doit être revisité pour que ce métier essentiel redore son blason.

Bien à Vous,

Jacques Cartier

espace-formation.eu – jacques-cartier.fr

Image en CC0 sur https://pxhere.com/fr/photo/1157845

Ligne pédagogique

De nombreux organismes de formation affichent clairement leur ligne pédagogique.

Une école suisse basée à Yverdon dans le canton de Vaud indique sur son site – https://www.arpih.ch/ :

« En tant que catalyseur d’apprentissage, il est amené (1) à assumer tour à tour ou en même temps différents rôles. Ainsi, il doit être organisateur, facilitateur, vulgarisateur, « passeur » (établir des ponts entre l’univers de la pratique professionnelle et celui du savoir expert), vecteur d’autonomie, médiateur, animateur, modérateur et évaluateur. »

(1) le formateur

Pour télécharger le document dans son entier : https://www.arpih.ch/wp-content/uploads/2015/03/GDF-ORG-01-LIGNE-PEDAGOGIQUE.pdf

Les rôles indiqués ne sont peut-être pas du goût de certains formateurs plus habitués à jouer un rôle de transmetteur de savoirs. Peut-être que certains voient une sorte de perte de prestige à jouer au « passeur », au « facilitateur ».

Mais, en andragogie, la demande qui est faite à un intervenant porte sur la diversification de ses méthodes pédagogiques et pas seulement sur la projection d’un diaporama commenté.

Sur ce point, les organismes de formation ont à former les personnels qu’ils emploient. Trop souvent, les formateurs occasionnels sont recrutés sur leurs compétences professionnelles et mis devant un public sans aucune formation initiale ou continue. Ils font comme ils peuvent avec leur vision de l’enseignement. Difficile pour eux d’imaginer un autre paradigme sans les apports d’une formation solide.

Bien à Vous,

Jacques Cartier

espace-formation.eujacques-cartier.fr

Être formateur ou formatrice, ça s’apprend ?

Image en domaine public sur https://commons.wikimedia.org/wiki/File:Apprenticeship.jpg

Les personnes que j’accompagne comme mentor sont souvent des intervenantes occasionnelles dans le monde de la formation. Leur entourage professionnel leur confie des missions de formation, car elles ont des compétences avérées dans l’exercice de leur métier, elles font preuve d’empathie.

Mais on a tendance à les parachuter dans une salle de formation devant un public sans aucune formation pédagogique. Elles font un peu comme ça vient.

Plus ces pédagogues en herbe avancent dans la formation que je mentore et plus ils prennent conscience que l’activité de formateur est un métier. Des éléments théoriques sont importants à intégrer dans la pratique quotidienne. Par exemple, rédiger des objectifs pédagogiques, créer des activités motivantes, imaginer des évaluations en lien avec les objectifs et les activités. (l’alignement pédagogique)

Ce matin encore, un formateur en cuisine m’a indiqué qu’il revisite complétement sa pratique grâce aux apports de la formation qu’il suit. Il intègre même depuis quelques temps de la pédagogie inversée !

Bien à Vous,

Jacques Cartier

espace-formation.eujacques-cartier.fr

Image en CC Paternité sur Image en CC Paternité sur https://www.flickr.com/photos/zigazou76/3651959972

Être mentor validateur consiste à faire passer des soutenances en ligne à des étudiant(e)s dans le cadre de formations d’adultes diplômantes.

On reçoit les documents 48 h avant le direct pour avoir le temps de les lire et d’être ainsi plus perspicace pour rédiger un compte rendu d’évaluation fiable.

Mais parfois, cette lecture réserve des surprises. Très rapidement, les écrits sont une succession de copiés / collés issus de la Toile. En fait, il n’y pas (ou rarement) de mauvaise intention. Il s’agit plutôt d’une méconnaissance du droit d’utilisation des ressources foisonnantes du Web. Comme si ce lieu était une auberge espagnole ouverte à tous les vents, dans laquelle on peut venir se servir à sa guise.

L’apprenant(e) réalise ainsi un document qui peut être bien structuré, logique. Sauf que sa griffe est absente.

J’ai ainsi à vérifier l’intégralité des écrits en indiquant la liste des sites utilisés. C’est long et fastidieux.

En début de formation, il serait intéressant de mettre à disposition des intéressé(e)s un parcours de formation sur la façon de rédiger un document, d’utiliser les sources, de respecter le droit d’auteur, de se pencher sur l’utilisation des licences Creative Commons. (Voir mon parcours de formation sur ce thème)

Bien à Vous,

Jacques Cartier

espace-formation.eujacques-cartier.fr

Source : https://www.pexels.com/fr-fr/photo/personne-qui-tape-sur-une-machine-a-ecrire-1462226/

Taper sa thèse, son mémoire, un rapport d’activité en automatisant le document (table des matières, tables des index et des illustrations automatiques, utilisation des styles)

Cette formation vous permet de passer d’une utilisation « bricolage » à une utilisation experte. De nombreuses vidéos réalisées par mes soins vous aident à réaliser les exercices.

Temps d’accompagnement conseillé : entre 5 et 10 heures.

Pour plus d’informations, ouvrez le fichier ci-dessous.

——————————————————————–

Informations détaillées

———————————————————————

Bien à Vous,

Jacques Cartier

Consultant Expert International

En fait, je suis un formateur saltimbanque !

Définition du mot sur Wikipédia :

« Un saltimbanque est un artiste du spectacle de rue ( spectacle vivant ). Il fait toutes sortes de tours et joue de l’étonnement pour amuser le public dans les foires. Les troupes d’artistes se produisaient de ville en ville sous l’Ancien Régime. Les prestations étaient diverses, du montreur d’ours aux dramaturges itinérants qui allaient donner à la littérature française ses lettres de noblesse. »

Source : https://fr.wikipedia.org/wiki/Saltimbanque

J’ai le sentiment de jouer ce rôle dans mon quotidien de formateur. Je fais des tours pour captiver mes apprenants, le pitre pour donner du piment à une situation pédagogique. Le clown, un peu, faut pas trop exagérer…

Je suis nomade et vais de ville en ville, de classe virtuelle en classe virtuelle pour animer mes formations. Je fais un peu de spectacle de rue en faisant participer mon public, pour qu’il s’investisse dans sa propre formation. Je ne forme pas les gens, ce sont eux qui se forment. Facile à dire, pas toujours facile à faire !

Oui, je ne parle pas en alexandrins comme un comédien de la tragédie classique, mais je soigne mon langage en l’adaptant à mon public. Imaginez que je présente les contenus de la formation en alexandrins et que personne ne le remarque. Je pense à Gérard Depardieu dans le film « Cyrano de Bergerac » de Jean-Paul Rappeneau !

Je fais du spectacle vivant, car je joue sur des registres d’expression artistiques comme le théâtre, les arts du cirque, les arts de la rue, les arts de la marionnette, …

Je vous donne un exemple : lorsque j’ai le sentiment que l’attention de mon groupe chute, je chante la chanson « Ainsi font, font, font » en bougeant mes mains au-dessus de ma tête comme si je tenais des marionnettes. Je vous assure que vous ramenez le public à sa tâche !

Certes, cela ne plaît pas à tout le monde. Une personne est restée une fois dans la salle pour s’adresser à moi en privé. Elle m’a dit avoir été choquée par ma prestation du « Ainsi font, font, font ». Je me suis dit alors que la liberté pédagogique du formateur est ténue. Peut-être du fait que des personnes ont une représentation très normée de son rôle : la personne qui sait, qui va m’enseigner.

J’ai envie d’assumer ce rôle d’artiste que le formateur peut endosser. Ne pas se prendre trop au sérieux tout en étant très vigilant pour que les apprentissages se fassent. Un peu « fou du roi », mais pas si fou, car le fou du roi est souvent son conseiller.

Et la danse ? Je vous sens tendus tout d’un coup. Le voilà qui va danser au milieu de la salle de formation. Bon d’accord, peut-être pas jusque-là. Quoique, j’ai le sentiment parfois quand je présente une notion avec un diaporama de faire des pas de deux avec une cavalière imaginaire pour capter l’attention de mon auditoire.

Ça m’est arrivé de me balader dans l’amphithéâtre de mon université avec un micro-cravate. Je faisais des sauts de cabri dans les allées de la salle devant mes étudiants un peu surpris !

C’est vrai que je suis un peu cabotin !

Ça me plaît bien !

Jacques Cartier – www.jacques-cartier.fr – www.espace-formation.eu

Le formateur digital (2)

Publié: 22 avril 2021 dans Formation, Réflexions

Le formateur doit-il être un peu beaucoup, passionnément, à la folie, pas du tout digital ?

Bien à Vous,

Jacques Cartier

Consultant international – http://www.espace-formation.euhttp://www.jacques-cartier.fr

Le formateur digital (1)

Publié: 17 avril 2021 dans Formation, Réflexions

Source : https://pixabay.com/fr/illustrations/communication-t%C3%AAte-ballons-l-homme-1991849/

Avec la pandémie actuelle, le formateur travaille de plus en plus à distance depuis son domicile.

Mais comment doit-il s’organiser pour effectuer ses tâches, dans quel espace de travail (son bureau) et avec quels outils.

Cette vidéo est la première consacrée à ce thème.

Bien à Vous,

Jacques Cartier

Consultant international – http://www.espace-formation.euhttp://www.jacques-cartier.fr

https://www.flickr.com/photos/repolco/48843691472/sizes/c/

Source : Francesco Bergamini – L’instituteur Absent – https://www.flickr.com/photos/repolco/48843691472/sizes/m/

Bonnes pratiques ?

– Jacques, bonjour !

Je voudrais évoquer aujourd’hui la notion de bonnes pratiques en pédagogie. Existe-t’il une méthode pédagogique miracle ?

– Sur ce sujet, les prises de positions un peu intransigeantes concernant les bonnes pratiques en pédagogie ne manquent pas. La bonne pratique serait une pédagogie active ou inversée ou collaborative. J’entends même des commentaires peu conciliants, peu amènes, sur la pédagogie dite « traditionnelle ». Comme s’il ne fallait plus jamais s’adresser à un public en direct sous une forme expositive dans une architecture de classe « à l’ancienne ». Tu vois que je mets certains mots entre guillemets !

Il me semble, dans mon action quotidienne, que je choisis la méthode en fonction de mon public, de ses réactions aux travaux entrepris. À un moment donné, la mise en groupes des participants pour une tâche particulière semble être le bon moyen de déclencher les apprentissages. À un autre moment, l’intervention magistrale d’un quart d’heure semble être le bon vecteur.

C’est cette variété de choix de modalités qui me semble riche autant pour les apprenants que pour moi-même. Et puis, un enseignant ou un formateur est peut-être plus à l’aise et habile dans un contexte traditionnel sans que ce terme soit péjoratif. Il ne va pas, d’un claquement de doigts, passer à une pédagogie en mode travail de groupes. Cela nécessite une prise de recul sur sa pratique et donc du temps, des rencontres, des essais, …

Je perçois aussi ce problème dans l’utilisation du numérique. Certains sont un peu inconditionnels de l’utilisation du digital, comme d’autres restent très distants. Là encore, tout dépend du contexte, du travail à réaliser, de l’équipement disponible, de la qualité de la connexion, … Il ne s’agit pas de faire du digital pour du digital !

Peut-être que la feuille de papier, le post-it, le tableau blanc répondent mieux à l’objectif formulé de la séance, ou alors c’est l’ordinateur qui se révèle le plus efficace. À voir ! À tester !

Il me revient à l’esprit une remarque d’un collègue qui avait assisté à un cours et qui me disait : « Tu te rends compte, le professeur a présenté son cours avec un diaporama ! ». Comme si le diaporama faisait un peu ringard et n’était pas une utilisation satisfaisante et suffisante du numérique en classe. Peut-être que le collègue qui assurait le cours était à l’aise dans l’utilisation de l’outil de présentation et pas encore sur d’autres logiciels ou espaces en ligne. Et très certainement, demain ou après-demain, il va avoir l’idée de laisser quelques diapositives vides que les apprenant(e)s devront compléter. L’outil de présentation devient alors (aussi) support d’activité.

– Jacques, il n’y aurait ainsi pas de bonne pratique, il y aurait des pratiques ?

– Lorsque j’étais tout jeune futur instituteur (j’avais royalement dix-huit ans), j’ai participé à un stage de plusieurs semaines dans la classe d’un collègue qui pratiquait la pédagogie Freinet. J’ai vite compris le travail de fond qu’il avait accompli pour que sa classe ressemble à un véritable atelier de pratiques pédagogiques.

Il avait une classe à tous les cours (de la maternelle au cours moyen 2ème année). Souvent, les élèves étaient à plusieurs endroits des deux salles, organisés en différents groupes pratiquant des activités différentes. Le maître passait d’un groupe à l’autre, fournissait des conseils, des outils de travail, de la méthode. Toujours avec beaucoup d’empathie.

Pour être à l’aise dans ce mode de travail, il avait sûrement passé un nombre d’heures impressionnant pour se former lui-même, pour bâtir ses séances, transformer sa classe en une bibliothèque des apprentissages.

– Merci Jacques, toujours le mot pour relativiser !

Jacques Cartier, consultant expert international

www.espace-formation.blog – www.espace-formation.eu – www.jacques-cartier.fr