Expérimentation et expérience

Publié: 25 octobre 2008 dans Réflexions
Tags:

 image014
Photo
Jacques Cartier – (Musiques de rues – Besançon – Octobre 2008)

Il n’est pas toujours aisé d’oser expérimenter avec les apprenants même lorsque l’on « connaît la musique » et que l’on a plusieurs cordes à son arc ! Il y a une prise de risque qu’il faut savoir évaluer. Et, si c’est à distance, les effets sont plus difficiles à prévoir et à gérer. Il faut accorder ses violons.

Philippe Perrenoud (1) donne des pistes en parlant d’expériences provoquées :

« … On pourrait encourager les futurs enseignants à mettre leur formation initiale à profit pour créer volontairement des situations « intéressantes ». Cela peut être très simple et inoffensif : demander aux élèves de préparer une leçon, de corriger un travail, d’aider un camarade revient déjà à se donner un miroir. Demander à un élève d’observer une activité sans s’y impliquer et de formuler ensuite ses remarques et questions apporte un point de vue différent de celui des acteurs impliqués, maître compris. Se lancer volontairement dans une démarche de résolution de problème sans avoir aucune idée de la solution peut mettre à jour des raisons majeures de résister aux pédagogies du projet et à certaines didactiques. Expliquer une notion à la moitié de la classe, en l’absence des autres élèves, et demander ensuite à chacun de mettre un camarade absent au courant fait surgir des modèles magistraux qui laissent songeur… » – Page 205

Le formateur (de formateurs) à distance peut oser ces « expériences provoquées ». Un groupe d’apprenants, qui a assisté à un cours par exemple, est chargé de mettre au courant un autre groupe au-travers d’une activité de forum et/ou via une réunion synchrone. Il bâtit un scénario pédagogique pour trouver la meilleure façon de faire « passer l’info ».

Ensuite le formateur lance une activité de synthèse sur ce qui s’est passé. Comment les « scénaristes » ont-ils vécu leur projet (préparation, scénarisation, enseignement), comment les « enseignés » ont-ils perçu l’apprentissage qui leur a été proposé ?

De nombreuses situations sont ainsi possibles en ligne. Un grain d’imagination, un petit « grain de folie » suffisent à l’invention !

Et la partition pédagogique n’en est que plus riche !

(1) « Former des enseignants professionnels » – Quelles stratégies, quelles compétences ?
Chapitre 9 : « Le travail sur l’habitus dans la formation des enseignants. Analyse de pratiques et prise de conscience »
Philippe Perrenoud – Université de Genève – http://www.unige.ch/fapse/SSE/teachers/perrenoud/php.html
Léopold Paquay, Marguerite Altet, Evelyne Charlier, Philippe Perrenoud – De Boeck – 2001

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s