Un changement de paradigme

Publié: 21 juin 2006 dans Lectures
Tags:,

image136

Une publication de 2001 du Centre de l’OCDE pour la recherche et l’innovation dans l’enseignement (CERI) « Les nouvelles technologies à l’école – Apprendre à changer » pose clairement la question de l’utilisation des Tice à l’école.

L’installation des « tuyaux » est une phase nécessaire mais un changement profond doit se faire dans les pratiques quotidiennes de tout l’environnement scolaire.

« Les TIC devraient donner accès à des activités de formation et d’enseignement d’excellence, armant par-là même les jeunes pour la société du savoir. Cela étant, il faut répondre à certaines exigences pratiques pour profiter de ces avantages. Dans Les nouvelles technologies à l’école – Apprendre à changer, nouvelle publication du Centre de l’OCDE pour la recherche et l’innovation dans l’enseignement (CERI), ces exigences sont examinées dans le détail.

« L’installation des technologies n’est qu’une première étape. Non seulement les établissements scolaires doivent changer pour s’adapter aux TIC, mais le processus même d’acquisition de connaissances doit se transformer pour que la “maîtrise du numérique” devienne une réalité pour tous. Les TIC, à condition d’être bien utilisées, peuvent offrir un environnement pédagogique mieux adapté aux besoins et aux centres d’intérêt des différents apprenants du monde moderne. Cela nécessite cependant un examen en profondeur des politiques et méthodes d’enseignement. Au lieu de simplement recourir aux TIC pour accomplir différemment des tâches traditionnelles, il faut introduire des innovations et des changements à tous les niveaux de l’environnement scolaire… »

Pour se procurer cette publication :

http://www.oecd.org/document/12/0,2340,fr_2649_34519_2466636_1_1_1_37455,00.html

Nous pouvons citer Monique Linard :

« L’opération technique pose d’abord des questions de moyens et de “comment faire”. L’activité humaine pose d’abord des questions de fins, de sens et de “pourquoi faire”. Jusqu’ici, la raison des fins encadrait et guidait plus ou moins la raison des moyens. Mais que se passe-t-il quand la puissance des moyens débordant tout contrôle, elle se développe pour son propre compte et tend à devenir elle-même sa propre fin ? »

Contribution publiée dans : Albéro B (sous la dir. De) « Autoformation et enseignement supérieur » Hermès/Lavoisier.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s