L’autoformation sèche

Publié: 1 avril 2007 dans Réflexions
Tags:

image096

On pourrait être tenté de construire un dispositif se limitant à de l’autoformation « sèche » !

Des ressources sont mises à disposition, l’apprenant se connecte et travaille seul … Aucun accompagnement n’est prévu, aucune assistance, aucune évaluation, …

Mais peut-on alors parler de formation ?

La circulaire de la DGEFP du 20 juillet 2001 est claire à ce sujet :

« Ainsi la simple cession ou mise à disposition de supports (manuels, logiciels, matériels) à finalité pédagogique n’a pas la nature d’une action de formation professionnelle et doit être analysée, selon les circonstances, comme une livraison de prestation de services ou de biens. »

Nous avons évoqué cette circulaire dans un précédent billet : ◊◊ Cliquer ◊◊

La structuration du dispositif de formation, un accompagnement par différents partenaires, des objectifs pédagogiques précis, des évaluations formatives et sommatives, la délivrance d’une attestation de suivi, une gestion financière adaptée sont des éléments de fond qui donnent à la foad un réel sens.

L’acte d’apprendre nécessite beaucoup de soin !

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s