Témoignage d’une personne responsable d’un organisme de formation

Publié: 24 décembre 2007 dans Interview

image061

Dans le domaine de la foad on trouve beaucoup de témoignages d’apprenants et de formateurs et, moins souvent, de responsables d’organismes de formation.

FODAD (http://www.fodad.org/) est un programme national de formation à distance qui vise les publics ATOS (1) , ITRF (2) et d’Encadrement de l’Education nationale. 

Le témoignage qui suit me semble intéressant à publier dans ce blog. Il relate la naissance de FODAD et montre que la mise à distance même partielle d’une formation introduit de l’innovation dans la structure d’un organisme de formation. Tous les acteurs se trouvent ainsi concernés. Fodad touche à ce jour 27 académies et le service de l’administration centrale.

Témoignage : 

Une expérience en formation ouverte et à distance, au service de formation des personnels ATOS dans l’Académie de XXXXXXXX.

Responsable pendant quelques années au service de formation des personnels ATOS, j’ai eu l’opportunité de vivre une expérience enrichissante dans le domaine de la formation ouverte et à distance qui a fait évoluer mon approche du métier.

J’étais en poste depuis quelques années lorsqu’à l’occasion de rencontres et de réunions, la proposition de s’engager dans un projet inter académique en formation ouverte et à distance, m’a paru, ainsi qu’à XXXXXXXXXXX, formateur CAFA (3), très intéressante. Ce projet concernait six académies et il devait aboutir au montage d’une formation de préparation au concours interne d’adjoint administratif. Accompagnés d’une collègue administrative, nous sommes partis « démarrer l’aventure » dans les bâtiments poitevins de la sous-direction de la formation des personnels.

L’intérêt immédiat a été la rencontre avec les collègues d’autres académies et de se trouver rapidement en situation de devoir « construire ensemble ». Le challenge était donné : proposer une formation en janvier (nous étions en octobre) et construire un dispositif de formation alliant la formation en présence des stagiaires et à distance, sur un site de FOAD. A l’aide d’experts de l’éducation nationale, l’édifice s’est construit progressivement, au cours de réunions et par le moyen d’échanges, avec l’outil Quickplace.

Ce site de formation en ligne a permis, après une phase de familiarisation nécessaire, de donner progressivement de la matière au projet et de d’observer le montage du parcours de formation. C’est ainsi que nous travaillions dans le cadre de « salles, de bibliothèques et de ressources, » dans des salles des formateurs et des salles d’apprenants. Une forme de centre de formation virtuel ? Le vocabulaire changeait aussi. Le terme de « stagiaires » relevait d’un lexique traditionnel qui n’était plus adapté à la formation à distance, sur un site internet. En effet, une personne adulte qui décide de se former est le seul véritable acteur de sa formation. Les personnes qui l’aident et l’accompagnent (les formateurs) auraient plutôt un rôle d’assistance et de conseil, de mise en construction des savoirs et des apprentissages. Elles apporteraient leurs contributions parmi d’autres proposées par des documents, un tutorat…

La première expérience à XXXXXXXX a pu se mettre en place, comme convenu et dans les délais, sur la base de ressources communes aux six autres académies.

L’intérêt véritable, à mes yeux, a consisté dans la conduite, avec XXXXXXXX dont l’apport fut primordial, de projets identiques à l’échelle académique avec des formateurs qui ont accepté de mener le même travail que celui effectué au niveau national : travail collectif de formateurs, partage de documents, réflexion sur la pédagogie, sur l’évaluation. C’est ainsi que d’autres actions ont vu le jour, à l’attention des personnels ATOS puis d’encadrement. On osera dire que les personnels ATOS ont ouvert la voie à ces nouvelles modalités grâce à la conviction de formateurs (personnels administratifs, essentiellement) curieux de la formation et désireux d’explorer ces nouvelles modalités. Nous avions enfin le sentiment que notre métier se professionnalisait et se modernisait.

Toutefois, je ne voudrais pas dresser ici un tableau de cette expérience sans évoquer les difficultés rencontrées : les résistances au changement car ce nouveau modèle a parfois déconcerté (manque d’encadrement ressenti par les stagiaires, problèmes d’ordre technique). Au plan administratif et financier, des questions nouvelles apparaissaient et ne trouvaient pas toujours réponse. Ainsi, les structures réglementaires prévoient que le formateur se trouve devant le stagiaire, en sa présence physique. Comment dans ce cas mesurer le travail de formation, de préparation, attester de la présence du stagiaire et à quel niveau rémunérer cette activité ?

En conclusion, je me suis désormais éloignée de ces projets, pour cause de changement de service. Mais je suis contente d’avoir pu les suivre, à un moment de mon parcours professionnel car cela a été d’une grande richesse.

1) Personnels administratifs, techniques, ouvriers, sociaux et de santé (ATOS)
(2) Ingénieurs techniques, de recherche et formation
(3) Centre Académique de Formation à l’Administration
>>>>  
Autre billet sur FODAD

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s