Ma première formation en utilisant la plateforme Moodle a eu lieu.

Les apprenants sont tous venus se connecter et ont répondu au forum « Qui est qui ? » avant le début de la formation. Belle preuve de motivation qui m’a donné de l’énergie pour avancer.

Une ou deux personnes m’ont contacté pour des petits réglages de leur navigateur. Mais pas de souci majeur. Me voilà un peu spécialiste dépanneur de premier niveau !

La première activité consistait à publier un message dans un forum dédié concernant la lecture d’un court article. J’ai bien apprécié les « posts » publiés et les interactions occasionnées.

On perçoit que les personnes font attention à la façon de rédiger et de s’adresser aux collègues suivant le cursus. Le fait que tous les messages soient visibles par tout le monde inscrit pousse chacun à soigner ses propos et à respecter les autres participants.

Et puis, tout le monde sait que le formateur est là pour veiller au grain. En cas de dérapage, il peut supprimer un message et contacter son auteur de façon privée par courriel par exemple.

Notre formateur préféré (Jacques) nous avait dit qu’il était très rarement intervenu alors qu’il a géré des centaines ou milliers de personnes en ligne. Il a eu quand même une grande surprise une fois : un formateur mécontent de ne pas être reconduit à la rentrée suivante a effacé tout le cours mis à disposition de sept cents (700) personnes ! Heureusement qu’il y avait une sauvegarde !

Le fait de participer à un dispositif de formation en ligne engage chacun à peaufiner son identité numérique. Qui suis-je en ligne ? Quel niveau de langage privilégier ? Quoi mettre dans mon profil ? Est-ce que j’y dépose ma photo ? Est-ce que je donne des informations à caractère privé ou pas ?

J’ai remarqué que notre formateur (Jacques) cultive beaucoup cette identité spécifique. Il s’est acheté un nom de domaine pour son site (www.jacques-cartier.fr) , un pour sa plateforme Moodle (www.espace-formation.eu)  et un pour son blogue (www.espace-formation.org).

Il est très présent aussi sur les réseaux sociaux (LinkedIn, Facebook, Twitter). Lors d’une pause-café, il nous avait dit que ces lieux sont le passage obligé pour se faire connaître et obtenir des missions dans son domaine de compétences.

Certes, il est consultant freelance et ne peut se passer de cette présence. Mais, je me pose la question pour moi-même : n’aurais-je pas intérêt à me construire une identité numérique pour être présent sur le Toile ? Je suis dans une entreprise pour le moment, mais à mon âge, ne vais-je pas changer un jour de boulot et me mettre à mon compte ?

Ça commence à me titiller cette idée ! Ma compagne est profession libérale (professeur de danse). J’apprécie de la voir bosser à son compte. Certes, elle a des contingences (je l’ai vue aller au boulot avec 39 de fièvre), mais elle est drôlement libre de ses actes !

Parfois, je me sens un peu coincé dans ma boîte : quid de mon évolution professionnelle en interne ? Quelles sont mes perspectives à court et moyen terme ?

Ces idées trottent dans ma tête depuis un moment ! Devenir un formateur permanent à mon compte ? Pourquoi pas ?

À suivre !

Jacques Cartier – www.jacques-cartier.frwww.espace-formation.eu

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s