Pratique pédagogique, tension ?

Publié: 4 novembre 2006 dans Lectures
Tags:

image109

« … Mais c’est peut-être que la pratique pédagogique est tension… c’est surtout que la pratique est histoire et que l’histoire c’est la fugacité, le passage, le parcours, la transition, le conflit. La difficulté majeure des théories de l’apprentissage, celle qui les conduit à l’aporie, c’est d’assumer l’historicité de l’apprendre et le fait qu’une histoire n’est pas, n’est jamais, un développement linéaire mais bien une dialectique. Les philosophes se sont toujours heurtés à cette question : « Comment peut-on passer du non-savoir au savoir ? Comment peut-il advenir du changement ? » et ils ont toujours été tentés de dénier l’histoire à l’apprentissage, de basculer dans le déjà-dedans ou d’affirmer la totale malléabilité du sujet aux interventions extérieures.
Alors que l’apprentissage est une histoire qui met en présence un déjà-là et une intervention extérieure ; une histoire où s’affrontent des sujets et où travaillent et s’articulent, jamais très facilement, intériorité et extériorité, élève et maître, structures cognitives existantes et apports nouveaux. (page 40)

 

Ce court extrait vous donne certainement envie de lire l’ouvrage de Philippe Meirieu « Apprendre … oui, mais comment » (ESF éditeur), que votre pratique intègre ou non la formation à distance !

Aporie : contradiction insoluble dans un raisonnement.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s