Professionnalisation

Publié: 6 mars 2009 dans Lectures
Tags:

puzzleLorsque l’on prépare un dispositif de formation visant la professionnalisation des participants, il est important de prendre conscience que le dispositif va générer des transformations qui vont toucher l’individu, les activités et les organisations.

Richard Wittorski dans son ouvrage « Professionnalisation et développement professionnel »(1) a élaboré une grille d’analyse « mettant en évidence les liens entre les dispositifs de professionnalisation proposés, les situations de travail et de formation vécues (au sens de la signification que les acteurs donnent au contexte dans lequel ils agissent), les systèmes d’action que les individus mettent en œuvre et les résultats et effets qu’ils produisent sur eux (analysables en termes de process d’action (compétences), d’identités, de savoirs, de connaissances et de capacités). » p. 112

 

Voies de la professionnalisation

1. Logique de l’action

Ou

du développement de l’expérience en actes (« insue ») au moment de l’action

2. Logique de la réflexion

Ou

du développement de l’expérience « sue » au moment de l’action

3. Logique de la réflexion sur l’action

Ou

de la transformation de l’expérience en actes en expérience mentalisée après l’action

4. Logique de la réflexion pour l’action

Ou

de la production d’une expérience mentalisée avant l’action

5. Logique de la traduction culturelle par rapport à l’action

Ou

du partage et de la co-construction d’un expérience nouvelle au moment de l’action

6. Logique de l’intégration assimilation

Ou

de l’acquisition de savoirs avant leur utilisation

Nature du processus de développement professionnel mis en œuvre par l’individu

Situation connue présentant un caractère de nouveauté qui conduit à une adaptation dans l’action des process d’action habituellement mis en œuvre.

Situation inédite mettant en échec les façons de faire habituelles et conduisant à une itération entre la recherche d’informations et leur utilisation pour agir.

Situation de formalisation (orale ou écrire) de ses propres pratiques par une réflexion rétrospective sur l’action.

Situation de formalisation de pratiques nouvelles par une réflexion anticipatrice de changement sur l’action.

Situation de transmission de connaissances, de co-construction de pratiques nouvelles et de modification des façons habituelles de voir la situation par l’intervention d’un tiers.

Situation d’apprentissage de savoirs théoriques ou d’action nouveaux.

Exemples de situations professionnelles

Au travail, en formation ou dans la vie courante : ajuster son process d’action au cours de sa mise en œuvre (sans avoir à y réfléchir)

Au travail, en formation ou dans la vie courante : réaliser une tâche inédite seul ou à plusieurs.

Au travail ou dans la vie courante : participer à un cercle de qualité, prendre un temps de réflexion sur son action.

En formation : décrire son action et participer à un groupe d’analyse de pratiques

Au travail ou dans la vie courante : participer à un cercle de qualité, réfléchir à un nouveau process d’action.

En formation : définir de nouveaux process d’action dans un groupe d’analyse de pratiques.

Au travail ou dans la vie courante : favoriser le développement par un tiers de nouvelles façons de faire pour surmonter les problèmes insolubles.

En formation : le formateur aide un formé à résoudre un problème en l’aidant à « déplacer » ses représentations

Au travail ou dans la vie courante : lire un ouvrage donnant des indications utiles pour agir (plus tard).

En formation : formation magistrale ou autoformation livresque.

Tableau p. 122

  • En formation à distance tutorée on se trouverait ainsi dans la situation évoquée en colonne 5. Le tuteur est là pour aider la personne à surmonter ses difficultés. Il joue un rôle de « traduction culturelle ».
  • Si l’on souhaite que les personnes à distance mènent une réflexion sur leur action, on se situera dans le cas de la colonne 3. Le dispositif devra ainsi inclure un outil d’écriture dans lequel chaque apprenant évoquera ses pratiques. Ces écrits seront lisibles par les autres participants (apprenants et tuteurs). Cette situation semble bien adaptée à une formation de formateurs habitués à un rôle en présentiel et qui doivent inclure du distanciel dans leur pratique. La phase réflexive semble être déterminante pour opérer les changements utiles qui ne touchent pas seulement aux aspects techniques mais engagent un changement de pratique pédagogique.
  • Quant à la colonne 6 « Logique de l’intégration assimilation » on pourrait être dans le cas de figure d’une formation en ligne en autoformation. Une plate-forme est mise à disposition pour des apprenants qui travaillent seuls en complète autonomie. Aucun tutorat n’est prévu. 

L’auteur précise que ces 6 voies ne sont pas rigides. Souvent les personnes sont placées dans plusieurs voies de professionnalisation. Elles passent de l’une à l’autre, avec des retours en arrière, en fonction de l’évolution des situations et des apprentissages. Certaines voies vont alors se chevaucher ou s’emboîter.

(1) Wittorski, R, (2007), Professionnalisation et développement professionnel, Paris : L’Harmattan.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s