Bientôt 50 ans de carrière ! (5)

Publié: 2 décembre 2020 dans Réflexions

– Bonjour Jacques, comment vas-tu en cette période confinée ?

– Je m’adapte à cette vie particulière qui est un peu comme un point d’orgue sur le déroulement de nos vies. Je fais un retour vers l’écriture, activité que j’ai toujours affectionnée.

– Écriture, tu veux dire écriture sur un support numérique ?

– Oui, cette écriture est tellement aisée. Cela ne signifie pas qu’elle est facile, mais qu’elle utilise des supports accessibles à tout moment, qu’elle est susceptible de toucher un public large. Je viens pas exemple de « relancer » mon blogue.

– Tu blogues depuis pas mal d’années. Mais ce support n’est -il pas désuet face aux réseaux sociaux comme LinkedIn sur lequel tu écris souvent ?

– Je l’ai pensé un temps effectivement. Je me suis un peu détourné du support, mais je trouve que l’outil blogue est vraiment dédié à l’écriture, je m’y trouve mieux que sur un réseau social pour me placer dans un contexte d’une « réelle » écriture. Je reviens à mes premières amours !

– Mais en fait, pourquoi écris-tu ?

– Il y a plusieurs raisons je pense. La première, c’est ma formation initiale, mon bac A1 philo. Beaucoup de mes enseignant(e)s m’ont donné le plaisir de lire et d’écrire au lycée. Mon professeur de français en classe de première était remarquable. Il avait vécu les camps, en gardait un physique marqué comme s’il venait de s’en échapper. Il donnait au-travers des textes étudiés une chaleur aux écrits, une puissance aux mots et une grande espérance.

– Tu écris beaucoup à propos de ton activité professionnelle.

– Oui, très vite, j’ai perçu l’importance d’écrire sur ma pratique. Les écrits de Schön sur les communautés de pratique m’ont poussé à utiliser l’écriture pour donner corps à ma pratique. Avec Thierry Chanier, nous avons écrit en 2006 un article en nous appuyant sur les écrits de cet auteur : https://www.ritpu.ca/img/pdf/cartier.pdf

Je vois un peu cette écriture comme un retour sur soi, un journal de bord, un portfolio compagnon du quotidien.

– N ‘est-ce pas chronophage ?

– Non c’est un réflexe. Suite à un travail mené avec des apprenants, faire un retour sur l’activité pousse à prendre la plume pour réfléchir et caler les apprentissages réalisés.

– Merci Jacques. Ça me rappelle la plume sergent major que j’utilisais au primaire.

Aucun texte alternatif pour cette image
https://commons.wikimedia.org/wiki/File:Sergent_Major-Montgolfier-J.png

Jacques Cartier, consultant expert international

www.espace-formation.euwww.jacques-cartier.fr

Aucun texte alternatif pour cette image

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s